L’art d’initier

Il s’agit de cette chose que pratique les personnes qui comblent les grands vides. Initier une fois et vous initierez toujours. il ne s’agit pas de juste commencer quelque chose. Si vous initiez, il faudrait qu’au moins vous puissiez aller jusqu’à l’accomplissement. Dans le cas contraire, il faudrait qu’une autre personne puisse le faire sans réinventer la roue.

Lorsque vous initierez, vous aurez très peu de supporters car il est difficile pour la plupart des gens de concevoir que l’on puisse partir de presque rien pour réaliser des choses de grande envergure. Vous devriez vous séparer de personnes, d’habitudes et de pensées capables de vous empêcher de commencer.

N’initiez pas n’importe quoi. Initiez les choses qui ont une valeur émotionnelle/sentimentale à vos yeux et vous verrez que vous irez jusqu’au bout. Vous ne pourriez pas vous mentir à vous meme tant que vous commencerez des choses pour lesquelles vous n’attendez pas de récompense.

Faites une liste de ce que vous avez toujours eu envie de faire. Commencez par celle qui vous parait la plus simple. Lancez-vous ! Faites-vous confiance. Et surtout sachez que lorsque vous initiez, vous influencez implicitement.

rechercher la gloire, c’est y renoncer d’office

Sur le chemin de la recherche de la gloire se trouve bien souvent la désillusion. La gloire ne peut être recherchée car elle ne fait que croiser le chemin d’accomplissements et de la reconnaissance des contemporains. En la recherchant, vous ne faites que la fuir. Vous vous éloignerez de ce qui la constitue. Vous vous éloignerez d’une oeuvre que vous aurez pu accomplir. Cette oeuvre même qui conduit au succès par sa pertinence et la réponse qu’elle apporte à l’un des problèmes de notre société. Vous ne direz donc pas à vos prospect et clients “… Nous offrons LE MEILLEUR service de ….”. Votre service ne sera meilleur que lorsque le client ou le prospect en face vous l’aura dit. En attendant, vous devez juste offrir un service que vous améliorez sans cesse.

Créer sa niche technologique et devenir un leader en Afrique

Imaginez dans quels états d’esprit se trouvaient les pionniers américains lorsqu’ils sont arriver pour la première fois dans l’ouest lointain. il existait certes des populations mais pas de chemins de fer ni de bars et autres.

Créer n’est jamais aisé. Mais il faut se lancer, essayer et surtout ne pas renoncer. Dans l’industrie des technologies en Afrique, des niches sont à découvrir et à exploiter.

La niche implique l’expertise
Si vous maitrisez parfaitement une activité propre à l’Afrique, n’hésitez pas à vous rapprocher des professionnels des technologies de l’information. Il pourront vous aider à la digitaliser. Mais il faut toujours garder à l’esprit que sans une connaissance approfondie d’un domaine d’activité, vous aurez du mal à vous imposer.

L’Afrique, encore sous-estimée par “les grands”
Les Grands acteurs du web n’ont pas encore pris d’assaut le continent avec leurs équipes d’ingénieurs capables de produire des applications stables dans des délais assez courts. C’est donc le moment de prendre de la place.

La marque personnelle : acte 3 ou “Promouvoir sa marque personnelle”

Cet article est le troisième d’une petite série en rapport avec la “Marque Personnelle” (en ligne). Pour fermer cette série, quoi de plus normale que de se demander comment l’on pourrait promouvoir sa marque personnelle.

Ainsi le premier article invitait à se poser la question suivant : qui suis-je”. La réponse à cette question vous permettant de découvrir ce que vous représentez aux yeux des autres.

Dans le 2nd (“ou vais-je ?“), il était question d’identifier clairement le chemin que l’on a décidé de suivre afin d’utiliser les outils appropriés pour la gestion de sa marque personnelle.

Promouvoir sa marque personnelle implique de consacré un minimum de temps pour interagir et mener certaines actions en ligne. Ici nous allons nous focaliser sur ce que je pourrai qualifier de “La base”. La base étant votre biographie (courte ou longue). Il vous faut impérativement une biographie quelque soit ce que vous avez déjà accompli. L’on doit savoir au moins :

  • Votre état civil et là d’ou vous venez,
  • le(s) lieux ou vous vivez. En terme de précisions, vous pouvez vous arrêter au nom de votre ville,
  • Si vous avez fait des études, il serait intéressant de mentionner le domaine. Vous pouvez vous passer de précisez les diplômes (ou l’absence diplôme). Par contre n’hésitez pas à mettre l’accent sur l’originalité de votre parcours,
  • ce que vous faites au quotidien et éventuellement votre engagement social si vous en avez un.
  • ….

Après, selon votre activité, certaines choses peuvent devenir obligatoire et surtout déterminantes pour la personne qui chercherait des informations sur vous. Dans le domaine de l’informatique par exemple, si vous êtes Développeur d’applications, vous devrez mentionner :

  • les langages sur lesquels vous êtes capable de travailler,
  • les environnements techniques que vous connaissez. Ex : “je développe avec l’IDE Eclipse et je suis capable de déployer mes applications sur des serveurs Tomcat, Websphère, … . J’arrive aussi à … “
  • les domaines fonctionnels pour lesquels vous avez déjà produit. Ex : “j’ai développé une application xxxx qui permet à des chefs de projets de calculer les risques de manière automatique. …”. On voit bien là que vous avez déjà eu affaire au domaine fonctionnel de la “gestion de projet”,
  • Les communautés dans lesquels vous contribuez pour la réalisation de programmes/applications,
  • ….

Pour ne pas vous surcharger, j’ai décidé de présenter un seul outil. Il s’agit de quelque chose que je viens de découvrir et que je pense est assez efficace (ou le deviendra). Il s’agit de WIKIBIOS qui entre autre, permet à vos contacts de rédiger votre bio à votre place. ainsi tout au long de votre vie d’internautes, les personnes que vous rencontrerez et que vous inviterez sur cette plateforme, vous dirons “qui vous êtes”.