Soyez entreprenant, donnez vie au rêve qui est en vous

Il y a une chose à laquelle vous pensez très souvent. Vous savez, cette chose à laquelle vous pensez meme lorsque vous êtes triste. CetteJpehouman.com : soyez entreprenant, donnez vie au rêve qui est en vous chose qui vous fait penser qu’il est possible d’améliorer votre vie. Lorsque vous y pensez, vous oubliez la majorité de vos soucis. Vous avez la possibilité d’entrevoir une lumière blanche dans l’obscurité la plus totale grace à cette pensée qui vous habite. Elle est partie intégrante de votre vie. Elle ne tient pas compte des freins de notre temps, encore moins les histoires malheureuses que vous avez pu entendre ici et là.

Pour certain(e)s, il s’agit d’un mariage, d’une union, d’un déménagement. Pour d’autres, c’est l’histoire d’un projet générateur de revenus, du lancement d’un produit, de la soumission d’un projet à conseil d’administration ou à un banquier. Pour d’autres encore, il s’agit de laisser une trace indélébile sur cette terre ou tout simplement de contribuer au bien etre de la communauté.

Les exemples sont nombreux. Mais tous sont semblables car vous avez emprisonné de manière illégitime quelque chose qui réclame, en continue, sa libération. Soyez entreprenant et brisez les chaines que vous utilisez abusivement pour retenir la chose qui ferra de vous l’etre le plus heureux. Libérez ce rêve qui est vous.

Ce qui vous motive

Un proche m’a récemment poser des questions à propos de mes revenus. J’ai répondu que j’avais des revenus en dessous de laJpehouman : Ce qui vous motive moyenne. Il s’est donc demandé pourquoi est-ce je continuais ce que je faisais au lieu de retourner prendre une position dans une banque ou un grand groupe internet comme il y a quelques années. Je lui ai donc fais savoir que je pourrai le faire seulement si ces endroits me donnaient la possibilité d’impacter positivement des vies comme que chez Akendewa et AllDenY.

Lorsque vous avez découvert ce qui vous motive, ce qui arrive à vous sortir du lit sans difficulté, ce qui vous fait garder le sourire, vous avez de fortes chances de faire le job idéal. Il faut du temps avant de s’accepter. La plus grosse erreur serait de faire comme les autres ou faire ce qui est à la mode ou encore faire ce que les autres ont réussi à vous faire accepter.

Vous le savez surement mais lorsque ce qui vous motive est défini et noble, vous n’aurez pas de mal à trouver votre emploi, votre voix, tant vous serez attentionné et concentré dans la moindre tache. La résultante étant une satisfaction personnelle permanente et ce sentiment d’accomplissement que finalement tous cherchons.

Ce qui vous motive impacte votre engagement dans ce que vous faites et implicitement la qualité de ce que vous faites. Plus vos motivations seront nobles, plus votre action prendra en qualité. Ne vous inquietez pas pour l’argent, car c’est la seule chose qui vient inévitablement lorsque quelque chose est au dessus du lot.

Prenez soin de ne plus vous engager dans quelque chose qui n’agit pas dans le sens de ce qui vous motive. Ce qui vous motive vaut beaucoup plus que les opportunités multiples.

Une journée productive

A quoi peut-on mesurer la productivité d’une personne au sein d’un groupe, d’un système, d’une entreprise ? La première réponse qui vient à l’esprit est sans douteJPEHOUMAN.COM : Une journée productive liée à la quantité de travail que cet individu produit pour contribuer au fonctionnement dudit système. Mais c’est avant tout sa capacité à réalisé ce qui est prévu avec une qualité qui tend vers l’irréprochable.

Une vie productive résulte de plusieurs années de productivité qui elles même dépendent de millier de journées productives. Une journée productive est la première étape et l’on devrait passer du temps à ce demander comment y arriver. Comment faire en sorte d’avoir une journée productive ?

Et bien, une journée productive est sûrement une journée qui commence avant 8h (7h59 est un bon début pour les minimalistes). C’est aussi une journée dont la première activité consistera à prendre 10 à 20 minutes pour écrire (à chacun son outil) ce que l’on fera pendant les prochaines 12 heures. C’est probablement une journée pendant laquelle l’on accédera à ses emails seulement toutes les deux heures (ou toutes les heures pour ceux qui traitent des centaines de message par jour). Une journée ne pourrait être productive si l’on y passe plus d’une heure sur les réseaux sociaux (exception faite pour les professionnels qui les utilisent comme outil de travail).

La qualité étant le point le plus négligé lorsque l’on parle de productivité, vous ne pourrez atteindre cet état de productivité si vous n’accordez pas un grand soin à chacune des tâches que vous réalisez. Ainsi, vous êtes encore plus productif si vous réalisez entre 65% et 85% de ce que vous avez prévu avec un niveau de détail et de soin très élevez. Sans le savoir, vous préparez ainsi le terrain pour des journées encore plus productives.

Finalement une journée productive est consécutive à une bonne nuit (à chacun sa méthode). Une nuit qui engendre un réveil sans fatigue pour le corps et l’esprit.

Focus On SimplicitySe concentrer sur la simplicité (COSSIM)

Lorsque vous vous lancez dans la réalisation d’un projet, le développement d’un nouveau logiciel, dans la création d’une startup, vous avez deux (2) ennemis (et sûrement bien d’autres) qui n’agissent que pour vous emmener a tout arrêter. Ce sont : la “complexité“, et la “résistance“. La première, la complexité, vous invite à chercher des solutions complexes/sophistiquées pour résoudre les problèmes les plus simples de notre temps. La seconde, la résistance (nous y reviendrons dans un prochain article), étant la sommes de tout ce qui vous entoure (vos échecs, vos erreurs, les craintes de votre entourage) et qui vise à vous faire admettre que ce que vous essayez de faire ne vaut pas le coup.

La complexité possède un remède que la résistance essaie de vous cacher en permanence. Il s’agit de la “simplicité“.

La simplicité vous échappe lorsque dans votre organisation/entreprise vous mettez en place une hiérarchie à plus de 5 niveaux avant que des problèmes structuraux surviennent. C’est la même chose qui se passe lorsque vous envoyez un email dans lequel vous mentionnez “bonjour, J’aimerais vous parler de quelque chose qui pourrait vous intéresser. Quelle est votre disponibilité pour cette semaine”. La simplicité vous aurait tout simplement emmener à parler directement de la chose en question dans ce premier message. En général lors que je reçois un tel message, je choisi la “simplicité” en expliquant que je suis assez occupé (ce qui est le cas). Par contre si dès le premier message vous exposez l’idée, il n’y a pas de raison que votre correspondant ne se libère pas malgré un emploi du temps déjà chargé. Et ce, par ce que l’idée l’intéresse réellement. Dans le cas contraire vous gagnerez du temps tous les deux lorsqu’il répondra “bonjour, merci pour cette proposition, mais ce projet ne rentre pas dans rayon d’intérêt.”

La simplicité est si évidente que nous, les adultes la refusons tout “simplement”. Par contre elle reste la seule option pour les enfants pour qui “la résistance”, n’a pas encore été constituée. Pour mener à bien un projet (une œuvre qui de mande de la créativité et de l’imagination) n’hésitez pas à prendre votre esprit d’enfant, à vous concentrer sur la simplicité. Ce sont les seules choses pour lesquels vous pouvez avoir une vision bipolaire. Car noir ou blanc, le chemin que vous choisirez doit être originale et très peu sujet à l’influence de “la résistance”.

Le leader, ce serviteur qui pourrait aider l’AfriqueLe leader, ce serviteur qui pourrait aider l’Afrique

D’après le wikipedia “… Un leader ou un chef de file est une personne dont les ambitions et l’activité sont liées à celles du groupe dans le but de satisfaire des objectifs communs …”

Deux notions importantes ressortent  ici :

Chef de file
Un leader doit toujours garder en tête que son comportement est emmené à être reproduit par ceux qui lui permettent sa position. Il doit ainsi rester conscient qu’il représente un modèle de l’idéal pour lequel il agit. Le moindre acte même anodin peut être imité. C’est ainsi qu’il est sensé éviter toute action allant au travers des idées qu’il représente. C’est aussi celui qui n’hésitera pas a commencer quelque chose que ses contemporains désigneraient de “folie” ou “insensé”, jusqu’à ce qu’ils s’exclament avec des félicitations une fois le fait accompli.

Satisfaire des objectifs communs
A tout moment le leader reste celui dont les actions visent à répondre à un besoin de la communauté. C’est donc le serviteur qui tire sa satisfaction à se mettre à la disposition de ses contemporains. Ainsi l’on pourrait exclure toute personne étant dans un processus de nantissement personnel par le biais de l’idéal qu’il représente. Ou encore celui qui démontre une recherche de la gloire à travers ses actions.

Servir
Est un fondement qui s’apprend dans les différentes cultures d’Afrique. C’est ainsi que dès l’enfance, nous servons les adultes en évitant de contester leur décisions. Mais force est de constater qu’une fois en position de leader, de nombreux africains arrêtent de servir leurs proches, la communauté. Peut être devrions nous moins servir das l’enfance ? Au fond, peut être ne le sont-ils pas ? Vous remarquerez que chez nous en Afrique, l’on parle plus de “leader politique” qu’autre chose. Et qui dit leader politique en Afrique, dit personne fortunée. Peut-être devrions nous tout simplement les appeler “hommes/femmes politiques” en prenant soin de retirer le mot “leader” ? Peut-être que nos leaders sont finalement ces personnes qui essaient de réaliser de petites actions à fort impact sur le long terme. Encore faut-il que nous arrivons à entrevoir l’impact.

Ou tout simplement, qu’il faudrait que nous comprenons que le maître/chef (qui requiert la soumission des autres) n’est pas un leaders. Nous avons vraisemblablement besoin de “chef de fil” et non pas de “chefs à Chapeau”. Nous avons besoin de personnes qui commencent des choses et ont le soucis du travail accompli. Nos leaders devraient donc être des personnes manuelles, des techniciens, des technocrates, des ingénieurs, des vendeuses au marché dont le professionnalisme et les résultats obligent toute la profession à les consulter pour n’importe quelle décision. Nos leaders devraientt être capable de beaucoup mais surtout pas de longs discours.